Euphrasie N’tchin Coulibaly ,présidente national du réseau nationale des jeunes Ambassadeur de la SRPF en CI se prononce sur la loi ivoirienne interdisant l’avortement en Côte d’Ivoire.

Les propos de la présidente nationale du réseau national de Jeunes Ambassadeurs Jasrpfci vis à vis de la loi contre. L’avortement en Côte d’Ivoire.

Je cite.

<<L’AVORTEMENT , je voudrais qu’on revienne sur un sujet que les gens abordent rarement sinon pour stigmatiser .

En CI, plus de 47% des femmes ont eu un avortement volontaire avant l’âge de 24 ans!
« Rapport national de surveillance des décès maternels 2016 »

La loi interdit l’avortement mais la loi n’empêche pas l’avortement.

L’avortement n’est pas un acte comme le viol, les mutilations génitales ou encore le mariage précoce ….. Mais c’est un acte qu’on décide d’appliquer sur soit parce que nous voulons changer notre état de grossesse en état de non grossesse.

Si nous voulons aider ,il ne s’agit pas de loi restrictive qui existe depuis 1920 mais n’a pas empêché que cela se fasse .Il s’agit plutôt de créer les conditions afin que les filles et les femmes ne se retrouvent pas enceinte quand elles ne veulent pas être enceinte.

Communiquons oui mais nos États devraient être en mesure de garantir à chaque couple et chaque individus l’accès à des services de santé sexuelle et reproductive de qualité y compris une gamme variée de produit de contraception !

Nous avons tous une amie, une sœur ,une tante ou une connaissance qui y a eu recourt et dans des conditions très malsaines en générale pourtant le sujet est plus tabou que certains de nos bois sacrés.
PARLONS EN !>>

De tels propos devrait inciter le gouvernement ivoirien à accélérer le processus de modification de la loi portant sur l’interdiction de l’avortement en Côte d’Ivoire en mettant plus l’accent sur la vulgarisation de la contraception. Aussi ,au lieu de considérer les question liées à la sexualité comme tabous, chaque parent devrait comprendre et accepter que son enfants est ou sera sexuellement actif d’où l’urgence de l’éducation sexuelle de base pour éviter à ce dernier de devoir faire face de manière clandestine à de réalités telles :

-les avortements

-la prostitution

-les dépendances aux substances illicites

Conduisant à la déliquescence juvénile et à la dépravation des valeurs morales .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *